Édition du Calvados                                                                                                                                                                                                                                                Édition du 17 Janvier 2021

UN SIÈCLE D'HISTOIRE du CALVADOS 

Eun syielle d'histouère d'Calvados

 

JOURNAL DES ÈVÉNEMENTS, BRUITS ET NOUVELLES DU CALVADOS

 

Abonnements du Calvados


 Un année, 5 fr. - Six mois, 3 fr. - Trois mois, 2 fr. 

les abonnements se paient d'avance et partent du 

1er et du 16 de chaque mois. 

 

 Prix du numéro : 10 Centimes

 

ANNONCES ET RÈCLAMES

 

ANNONCES : la ligne, 25 et 35 cent.- RÉCLAMES : la ligne, 50 et 75 cent.- NOUVELLES LOCALES : la ligne, 1 et 1,50 

Il ne sera publié aucune annonce au-dessous de 2 fr. - Les insertions se paient d'avance


SIÈGE CENTRAL DU SITE A BERNIERES-sur-MER, — Les lettres non affranchies sont rigoureusement refusées 

CONTACT :         F

Abonnements hors du Calvados


 Un année, 6 fr. - Six mois, 3,50 fr. - Trois mois, 2,50 fr. 

les abonnements se paient d'avance et partent du 

1er et du 16 de chaque mois. 

 

 Prix du numéro : 10 Centimes

 

VILLES ET VILLAGES DU CALVADOS

  

Janvier 1842   -   Nouvelles locales.   -   Le mauvais temps qui règne depuis quelques jours a entravé la circulation sur nos routes, et l'a même arrêtée totalement par la voie maritime. Depuis plusieurs jours, la rivière chargée de glaçons n'a pas permis à nos paquebots à vapeur de continuer leur service.

Depuis dimanche dernier les patineurs prennent leurs ébats sur la vielle rivière qui est gelée à une grande épaisseur. L'Orne supérieure est également gelée sur différents points, et les fardeaux les plus lourds peuvent sans danger être transportés d'une rive à l'autre. (Source  : L’indicateur de Bayeux)

Mars 1847   -  Nouvelles locales.  -  Le brick « Avenir », cap. Suzard, armateur M. Davy Quentin, est sorti de notre port, le 1er de ce mois, allant à la pêche au grand-banc de Terre-Neuve.

Le 2, le brick « Honfleurais », cap. Laurent, armateurs MM. J.-B. Auber et Cie, est également sorti de notre port, pour cette destination. ( source : Journal de Honfleur)

 

Mars 1847      -  Nouvelles nationales.  -  Le recensement de la population de la France fait pour 1846, donne un total de 35 400 486 individus, celui fait en 1841 avait donné un total de 34 230 178.

Ce qui donne pour les cinq ans un accroissement de 4 170 308. ( source : Journal de Honfleur) 

 

Janvier 1903    -   Tremblement de terre.  -   La semaine dernière, dans la matinée de mercredi, un tremblement de terre , qui a duré quatre secondes environ, a été vivement ressenti à Vassy, Bernières-le-Patry et dans les environs.  (Source : Le Bonhomme Normand)

 

Janvier 1947  -  Un hommage posthume à trois héros de la résistance.     La Médaille de la Résistance a été décernée, à titre posthume, à trois de nos compatriotes : Edmond  Robert, institutrice à Saint-Aubin-sur-Mer, Lucien et Marcel Colin, étudiants en médecine, morts des suites des tortures qu’ils endurèrent courageusement dans les bagnes d’outre-Rhin. Lucien et Marcel Colin étaient les fils du Directeur du Collège moderne et technique. (Source : Le Bonhomme Libre)    La suite  .....  

BERNIERES-SUR-MER

  

Janvier 1901  -  Incendie  -  Un incendie a détruit une meule de blé appartenant à M. Félicien Quiquemelle, cultivateur. Auteur soupçonné.

 

Février 1901   -   Règlement maboule.   -   La semaine dernière, par un froid de dix degrés, on avait eu soin de mettre des bouillottes dans les wagons de première du chemin de fer de Caen à la Mer, et on n'en avait pas mis dans les wagons de seconde et de troisième. Or, il n'y avait pas un voyageur dans les premières et il y en avait un certain nombre dans les troisièmes et les secondes.

Les voyageurs ont demandé des bouillottes. On leur a répondu : « Ce serait contraire au règlement ». Et ils ont dû geler de froid pendant qu'en vertu du règlement on chauffait des wagons où il n'y avait personne. Quelle belle chose que les règlements ? (Source  : Le Bonhomme Normand)   

 

Septembre 1907 - Sauvetage d'un enfant. - Un incident s'est produit mercredi dernier sur la plage de Bernières. La mer montante avait charrié des planches reliées entre elles par des  traverses boulonnées.

Deux enfants eurent l'idée de monter dessus. Aussitôt les enfants installés sur l'épave,  celle-ci s'éloigna du bord du flot et se dirigea vers le large. L'un des enfants sauta dans l'eau juste à temps et, tout trempé, légèrement blessé à la main, à moitié mort de peur, il put gagner le rivage. Mais l'autre enfant n'eut pas la même agilité et la mer l'entraîna au large sur l'épave.

Heureusement, une dame qui passait entendit les cris désespérés de l'enfant ; elle s'empressa d'aller chercher du secours. De braves marins accoururent et avec une promptitude digne de louanges, mirent à l'eau un canot et ramèrent vigoureusement vers l'enfant. Il l'atteignirent et le ramenèrent après quelques minutes d'effort. Nous félicitons les braves marins de Bernières qui ont assurément sauvé, grâce à leur agilité si prompte, la vie de l'enfant en péril. 

 

Mai 1912   -   Accident.  -  Le 16, Le gendarme Sarrat, se rendant en service à Courseulles, a été assailli à la Rive, Commune de Bernières-sur-mer, par un jeune chien appartenant à M. Aubrée, cultivateur, et qui l'a fait tomber de bicyclette. Dans sa chute, il s'est assez sérieusement blessé au poignet.

 

Juin 1914  -  Goudronnage des routes.  -   On procède depuis lundi 29 juin jusqu'au dimanche 5 juillet au goudronnage du chemin de grande communication de Courseulles à Ouistreham, dans les communes de Luc, Langrune, Saint-Aubin et Bernières.  La suite......    


LANGRUNE-SUR-MER

 

Janvier 1881  -  Les prières publiques.  -  Dimanche les prières publiques ordonnées par la constitution à l'occasion de la rentrée des chambres ont eu lieu dans toutes les communes du Calvados, sauf dans deux ou trois que nous pourrions citer, où les curés, par pure insouciance, et non par esprit politique, ont oublié de les annoncer.  

 

Février 1881  -  Les archives dans une marmite.  -  Dans une petite commune du littoral, un délégué de l'autorité supérieure se présente chez le maire et lui demande communication de certains papiers administratifs. Le maire se rend au fond de sa cuisine, découvre une énorme marmite, en retire les documents demandés et les offre magistralement à l'agent ébahi, en lui disant : « N'vo z'épatez pas ! chest por que les souris n’les mangent point, que j’les mets dans c'te marmite qu'est en potin... »  

 

Juin 1915  -  Sur le littoral.  -  La guerre nous amene avec les sous-marins et leurs tristes exploits des détritus et des animaux morts de toute espèces. A St-Aubin-sur-Mer, à Langrune, on a fait enterrer ces épaves funèbres.

A Luc, on va les brûler.

Qu’on se hâte, car avec les chaleurs ça ne sentirait pas la rose, au contraire.

 

Juillet 1915  -  Échos balnéaires.  -  Le croira-t-on, c’est pourtant la vérité, la saison malgré les moments d’angoisse que nous traversons, promet d’être bonne et, d’ores et déjà sur presque tout le littoral, elle s’annonce sous les meilleurs auspices.

A Luc-sur-Mer, à Langrune, à Saint-Aubin-sur-Mer : Les difficulté dont nous avons parlé, ne sont apaisées généralement entre les propriétaires et les réfugiés. Suivant les conseils donnés par l’excellent curé du haut de la chaire, des deux cotés on y a mis du sien et à très rares exceptions près chacun est resté sur ses positions.

Aussi, le nombre des maisons à louer pour peu que cela continue, sera sans doute inférieur à celui des autres années. 

C’est le cas de suivre l’avis qu’on trouve aux annonces à la 4e page des journaux « Ne pas attendre se presser ».   La suite ..........

 

Hier, Aujourd'hui, Demain

Mes parents qui avaient fui le bombardement de Caen par les alliés s’étaient réfugiés tout naturellement chez ma grand-mère, propriétaire d’une maison pouvant accueillir toute la famille, dans un hameau appelé « Les Glazières ».

Ma mère était native de Mont-Saint-Aignan, chef lieu de canton de Seine- Maritime en surplomb de Rouen ...............

Mon père, lui, était natif de Glos, petite cité située à cinq kilomètres de Lisieux ...........

Institutrice en retraite, veuve de guerre et ex-secrétaire de mairie, ma grand-mère habitait Le Pin, village situé à quinze kilomètres de Lisieux et sept de Cormeilles, depuis de nombreuses années et avant elle ses parents.

C'est ainsi que commence le livre, intitulé Hier, Aujourd'hui, Demain, retraçant les souvenirs d'enfance et d'adolescence de l'auteur en Normandie entre autres. La description de la vie à la campagne dans les années cinquante/soixante est fidèlement racontée, accompagnée de nombreuses anecdotes. Passionné de cyclotourisme et curieux de l'histoire locale l'auteur nous commente des séjours en vélo dans nos belles régions, la Normandie  bien sur mais aussi la Bretagne, et l'Auvergne parmi d'autres. Mais la vie n'est pas toujours un long fleuve tranquille. 

Hier nourrit ma mémoire pour éclairer mon présent et Aujourd'hui mon espoir façonne le monde de Demain

Le livre 280 pages est en souscription au prix de 20 euros frais d'envoi compris pour une livraison début septembre. 

Merci d'adresser votre chèque à l'ordre de "Édition Bellier" 73, cours Albert Thomas 69003 Lyon

 

                                                                          compteur de visite pour blog