ÉCOTS  

(Cne de l'OUDON)

Canton de Falaise

Les habitants des Écots sont nommés des


Janvier 1873   -   Échenillage.   -  M. le préfet rappelle aux intéressés que la loi prescrit l'échenillage des arbres, haies ou buissons, sous peine d'amende. La douceur exceptionnelle de la température depuis le commencement de l'hiver, qui aura pour effet de hâter réclusion, rend encore plus nécessaire cette année l'exacte application de la loi. 

 

Février 1873   -   Fait divers.   -  Dernièrement, il y avait fête à Écots, près St-Pierre- sur-Dives. On célébrait l'union de deux époux qui comptent ensemble quatre-vingt-quinze hivers et autant de printemps.

Dans ce chiffre, le fiancé entre pour vingt deux ans... Et la fiancée pour soixante-treize !…..

On dit, mais les mauvaises langues disent tant de choses, que si la demoiselle a attendu si tard à convoler..., c'est dans l'espoir de n'avoir pas d'enfants.

 

Août 1873   -   Les effets de la foudre.   -  Lundi, vers cinq heures du soir, un violent orage a éclaté sur Ecos. La foudre est tombée sur une ferme exploitée par M. Ermon Billion, cultivateur à Ecos. Les moissonneurs causaient avec leur maître, dans une bergerie dont la porte était restée ouverte, lorsque le tonnerre tomba sur le toit, traversa le plancher et vint les frapper tous les cinq. Deux femmes furent atteintes, la femme Bernard, fut grièvement brûlée. Le fluide électrique l'atteignit à la poitrine, la brûla fortement, descendit le long de son corps, en enflammant ses vêtements, et sortit par les pieds, l'autre, la femme Philippe, a reçu une brûlure à la joue et au cou, les trois autres en furent quittes pour la peur. Les deux femmes furent transportées dans une chambre de la ferme où des soins leur furent prodigués. Le docteur Chaillou espère les sauver. Le feu a détruit ensuite les bâtiments.

 

Août 1873   -   Les présages.   -   Un immense vol de corbeaux a passé sur Paris, se dirigeant vers le sud-ouest. On eût dit un nuage noir en forme de triangle, fendant l'étendue avec une vitesse de locomotive.  C'est signe de grand froid pour l'hiver, quand les vols de corbeaux passent aussi tôt. Pour les personnes superstitieuses, c'est signe de malheur.

 

Avril 1879  -  Répartition de secours pour les bâtiments communaux.  -  Le Conseil répartit entre les communes inscrites ci-après une somme de 13 130 fr. à prélever sur le crédit de 15 000 fr. porté au budget de 1879 sous le titre : Subvention pour acquisitions, travaux et réparations d'églises, mairies et autres édifices communaux, Ecots, travaux au presbytère et à l'église, 300 fr.

 

Février 1888  -  Le mariage des prêtres.  -  La cour de cassation vient de décider que les prêtres pouvaient se marier, après avoir quitté la soutane.

 

Février 1888  -  Des volés pas contents.  -  Un vol de poules ayant été commis, à Ecots au préjudice des époux Ridel et démence, plainte fut portée à qui de droit. Mais l'enquête, comme souvent, n'aboutit à rien. Plus tard, l'un des volés, croyant reconnaître l'une de ses poules chez une personne du pays, s'en empara et courut à la gendarmerie la plus proche. — Vous croyez qu'on s'est dérangé; pas du tout. Au contraire, un gendarme s'est levé courroucé, et, sans plus ample iraformé, a donné l'ordre au plaignant de reporter la poule où il l'avait prise, sous peme'de poursuites.  

 

Juillet 1892  -  Voleur, incendiaire et assassin.  -  Le nommé Jules Guillard, 20 ans, né à Lieury, était arrêté il y a quelques jours pour vol. Cet individu a avoué être l'auteur de l’incendie qui a éclaté le samedi 16 avril à Écots, canton de Saint-Pierre-sur-Dives, et dans lequel le sieur Yves Périme, 54 ans, propriétaire de la maison incendiée, a trouvé la mort. Guillard a dit qu'il était venu réclamer au sieur Perrine 1 fr. que celui-ci lui devait. Perrine ayant refusé de rendre cette somme, une rixe a éclaté au cours de laquelle Guillard aurait frappé et jeté, son adversaire dans son foyer, et aurait ensuite mis le feu à la maison, après l’avoir fouillée pour la voler, Guillard est écroué à la maison d'arrêt.   (Source B.N.) 

 

Août 1892  -  Le meurtre d’Écots.  -  La justice, accompagnée d'un médecin, s'est rendu à Ecots pour continuer l'enquête au sujet du meurtre suivi d'incendie commis il y a quelque temps dans cette commune par le nommé Jules Guillard. 

Ce précoce criminel a été amené sur le lieu du crime, dont il a reproduit la scène avec un cynisme révoltant. Il a raconté comment, une fois entré dans la maison du sieur Perrinne, il lui à lancé un coup de poing qui l'a jeté à terre, puis comment il lui a, de trois coups de pied, défoncé le crâne et l'a ensuite transporté dans le feu. Quand le malheureux a commencé à brûler, Gaillard a mis le feu à la paillasse et s'est enfui, non sans emporter 30 fr. qu'il avait découverts dans la maison. Jules Guillard est originaire de Lieury, il n'est âgé que de 20 ans, il a tiré au sort cette année.  (Source B.N.)

 

Janvier 1893  -  Rejet du pourvoi de Guillard.  -  La cour de cassation vient de rejeter le pourvoi de Léon Guillard, condamné, en novembre dernier, à mort, pour avoir assassiné et volé le sieur Périnne, d'Ecots, près St-Pierre-sur-Dives, et avoir incendié sa maison. Guillard n'a donc plus d'espoir que dans son recours en grâce. Guillard paraît plein de confiance d'ailleurs, mange, boit, dort joue aux dominos presque toute la journée et plaisante avec ses gardiens. (Source B.N.)  

 

Janvier 1893  -  Incendie.  -  Vendredi la nuit, un incendie a éclaté à Ecots, chez le sieur Bance, fabricant de fromages, et a consumé un bâtiment contenant 15 000 fromages. L'étable, six vaches et un chien ont été brûlés. Pertes 25 000 francs, assuré. (Source B.N.)  

 

Janvier 1893  -  La grâce de Léon Guillard.  -  Le président de la République vient de commuer en travaux forcés à perpétuité la peine de mort prononcée par la cour d'assises du Calvados contre Léon Guillard, né à Lieury, convaincu d'avoir, à coups de talon de botte, brisé le crâne d'un sieur Perrine, journalier à Ecots, pour le voler. Guillard n'a pas encore 22 ans. 

La nouvelle de sa grâce lui a été communiquée vendredi. Elle ne l'a pas surpris, car il s'y attendait. Il a remercié Me Hervieu, son avocat, dont les démarches ont obtenu ce résultat, et lui a promis de se rendre digne, par sa conduite dans l'avenir, de la grâce dont il est l'objet. L'entérinement des lettres de grâce a eu lieu mercredi en audience de la cour d'appel, sous la présidence de M. Houyvet. (Source B.N.)  

 

Novembre 1895  -  Découvertes de cadavres.  -  vendredi un chasseur a découvert dans le bois du Houlbet, sur le territoire d’Ecots, le cadavre en putréfaction du sieur Octave Bouffay, 39 ans, jardinier à Notre-Dame-de-Fresnay, disparu de son disparu depuis le 16 juillet. L’enquête a démontré que la mort , est due au suicide devant remonter à cette date. 

—Une jeune fille, nommée Prévôt, 24 ans environ, a été trouvée morte dans un pré à St-Marc-d'Ouilly. Depuis la mort de son père, il y a quelques mois, cette pauvre fille, malade, sans asile et sans ressources, était obligée de se livrer à la mendicité. (source B. N.)

 

Février 1896  -  Les voleurs de vaches.  -  La semaine dernière, la veuve Doucet, d'Ecots, s'apercevait qu'on lui avait volé une vache. Son frère se rendit à la foire des Cendres, à Lisieux, et reconnut la vache dans une bande amenée par le sieur Diet, de Cormeilles, qui déclara l'avoir achetée en chemin, à Saint-Germain-de-Livet. Il donna le signalement du vendeur et, à la suite de l'enquête, on arrêta le nommé Delaunay, 26 ans, d'Ecots. 

— Un veau de 300 fr., appartenant au sieur Armand Gassion, a été volé mardi dans un herbage à Saint-Vigor-le-Grand. 

— Une vache de 450 francs a été volée au sieur Jules Drouet, cultivateur à Coquainvilliers. (source B. N.)

 

Février 1896  -  Respect au règlement .  -  Plusieurs personnes ont été bousculées cette semaine dans les rues de Caen, par des bicyclistes qui n'avaient pas la sonnette réglementaire. Espérons qu'on fera désormais observer le règlement qui les oblige à l'avoir. (source B. N.)

 

Octobre 1899  -  Mauvais ménage.  -  Le sieur Lecointre ne fait pas voir à sa femme, âgée de 24 ans, la vie en rose, mais la vie en bleus. Pour éviter ceux qu'il lui faisait trop fréquemment, la malheureuse jeune femme l'a quitté.

Alors, un de ces derniers jours, Lecointre partit de Courcy avec son fusil pour aller la retrouver. En se querellant, la femme Lecointre saisit le canon de fusil ; ce mouvement fit jouer la détente. Par bonheur, l'amorce seule brûla et le coup ne partit pas. La justice a ouvert une enquête.  

 

Janvier 1907  -  Accident.  -   Le 21 courant, le nommé Désiré Bouquerel, domestique, était occupé à charrier avec une voiture des bourrées. Bouquerel voulut ramasser un fagot tombé derrière le cheval, mais celui-ci, probablement pris de peur, lui envoya une ruade au front. Relevé sans connaissance immédiatement après par des témoins de l'accident, il a été transporté à l'hôpital de Lisieux, où on a constaté qu'il avait une fracture de l'os frontal. (source M. C.)

 

Novembre 1915  -  La Cueillette des pommes.  -  Le ministre le l'instruction publique avait décidé, le mois dernier, que les enfants des écoles, dans nos vingt trois départements cidricoles, pourraient être mis, un jour par semaine, à la disposition des maires, pour participer à la cueillette des pommes. Afin de hâter cette récolte, particulièrement abondante cette année, et afin d'éviter la perte d'une véritable richesse nationale, le ministre de l'instruction publique vient l'envoyer des Instructions aux inspecteurs d'académie pour que, partout où le besoin s'en fera sentir, nos écoliers consacrent tous leurs après-midi à ce travail.

 

Décembre 1915  -  Recensement des chevaux et voitures.  -  Les propriétaires de chevaux, juments, mulets et mules, voitures, automobiles et motocyclettes, doivent en faire la déclaration à la mairie (bureau militaire) avant le 1er  janvier prochain.

 

Décembre 1915  -  Voleurs d’eau-de-vie.  -  Pendant la nuit, on a volé 200 litres d'eau-de-vie, valant 400 fr. dans une cave isolée, à un cultivateur d'Ecots, prés St-Pierre-sur-Dives. on soupçonne deux fraudeurs qui ont eu déjà maille à partir avec la régie. Ils auraient opéré en auto. Le vol se modernise !

 

Mars 1923  -  Fête intime.  -  Dimanche, une fête importante s'est déroulée à Écots à l'occasion de la remise de la croix de la Légion d'honneur à M. Béchet, grand mutilé de guerre, agriculteur et conseiller municipal à Écots.
Une nombreuse assistance était présente à cette cérémonie. On remarquait MM. A. Buquet, chevalier de la Légion l'honneur, Boulard, président de l'U.N.C. de Saint-Pierre-sur-Dives les mutilés d'Écots, Bourriaux, de Boissev la municipalité, etc…
 M. Cailloux, maire d'Écots, prononce un discours très mouvant, et M. Buquet, gionnaire, épingla la croix de la Légion d'honneur, offerte par la municipalité, sur la poitrine du glorieux mutilé. Un Champagne d'honneur fut alors servi et les toasts les plus amicaux terminèrent cette charmante fête. 

 

Août 1923  -  Une terrible bourrasque a causé des ravages.  -  Caen, août. (De notre correspondant particulier.) Un cyclone d'une rare violence a ravagé, mardi dernier, la région sud du Calvados. L'ouragan atteignit son maximum d'intensité dans les communes de Morteaux-Coulibœut et de Pont-d'Ouilly, un nombre considérable de pommiers furent arrachés, les récolte, couchées et plusieurs immeubles renversés.
A Ecots, tous les arbres fruitiers ont été détruits. Au cours de ce formidable cyclone, les communications téléphoniques ont été interrompues avec les localités intéressées.

 

Septembre 1946  -  Des récoltes brûlent à Ecots.  -  Un incendie s’est déclaré dans un bâtiment de la ferme exploitée par M. Poret, provoquant la destruction de la toiture et de 3 000 bottes de foin. (Source B. L.)

 

Janvier 1973  -  La commune de L'Oudon a été créée  par la fusion-association, décrétée le 26 décembre 1972, des communes d'Ammeville (171 habitants en 1968), Berville (160 habitants), Écots (95 habitants), Notre-Dame-de-Fresnay (159 habitants), Garnetot (89 habitants), Grandmesnil (123 habitants), Lieury (242 habitants), Montpinçon (167 habitants), Saint-Martin-de-Fresnay (169 habitants) et Tôtes (125 habitants). Saint-Martin-de-Fresnay est alors désigné chef-lieu de l'association. 

 

Janvier 1990  -  Par arrêté le chef-lieu est transféré à la commune de Tôtes, dont l'ancien code INSEE (14697) devient le nouveau code de L'Oudon.

Environs de St-PIERRE-sur-DIVES (Calvados)

ÉCOTS  -  La Granchette

Commentaires et informations  : Facebook  -  E-mail