UN SIÈCLE D'HISTOIRE DU CALVADOS

1

ÉPINAY  s/ ODON

Canton de Villers-Bocage

Les habitants de la commune de Épinay-sur-Odon sont des ...


Décembre 1867   -   L'éphéméride.   -   Nous voici arrivés aux jours les plus courts de l'année, ils décroîtront encore de 10 minutes le matin jusqu'au 28, mais le soir, ils croissent de 10 minutes, du 14 au 31 décembre.

L'année 1868, qui nous arrive à grands pas, n'aura que deux éclipses de soleil. La première, qui sera annulaire et en partie visible à Paris, aura lieu le 25 février, et la deuxième qui sera totale de soleil, mais invisible à Paris, arrivera le 17 août. Enfin, le 4 décembre, on verra le passage de la planète Mercure sur le disque du soleil. Le phénomène sera visible en partie à Paris.

 

Avril 1868   -   Un accident.   -   Samedi dernier, un accident qui aurait pu avoir des suites funestes, est arrivé à un petit valet au service de M. Groult, cultivateur, à Epinay-sur-Odon.

Ce jeune homme, qui était dit-on en état d'ivresse et conduisait la voiture de son maître à Bretteville-sur-Odon, a perdu l'équilibre, et est tombé devant une des roues de la voiture, qui lui a passé sur la cuisse droite.

Il en a été fort heureusement quitte pour une contusion sans gravité.  

 

Mars 1869   -   Un accident.   -   Samedi, à une heure du soir, la nommée Marie Prudence Voisin, âgée de 34 ans, domicilié à Epinay-sur-Odon, est morte à son domicile.

Les uns attribuent cette mort violente aux suites d'un coup de pied de vache qu'elle aurait reçu dans la région du bas ventre.

Les autres y voient, au contraire, les effets d'un breuvage que la victime aurait pris dans le but de se faire avorter. La première version est la vraie.  

 

Décembre 1873   -   Condamnation.   -  Prosper-François Fauger, 23 ans, épicier, à Epinay-sur-Odon, 6 jours de prison, 30 francs d'amende, pour ouverture, sans autorisation, d'un débit de boissons et avoir donné à boire à des individus un état d'ivresse.  

 

Juillet 1874   -   Le réchauffement climatique.   -  La comète n'est pas étrangère aux grandes chaleurs que nous subissons. En 1811, une comète fut visible, et les chaleurs et la sécheresse furent telles qu'un grand nombre de rivière tarirent, en 1846, nouvelle comète, nouvelle sécheresse, l'eau devint tellement rare dans certains endroits que des bestiaux périrent de soif. En 1811 comme en 1846, le vin fut  abondant et d'une qualité supérieure, on espère qu'il en sera de même en 1874, aussi les cours des vins sont-ils en baisse de 10 fr. par hectolitre. A Marseille, le thermomètre a marqué, à l'ombre, 40 degrés, à Paris, au soleil, 44 degrés. De nombreux cas d'insolation sont signalés.

 

Juillet 1874   -   La comète.   -  Selon les prévisions des astronomes, la comète découverte par M. Coggia, de Marseille, le 17 avril dernier, n'aura tout son éclat que vers le 15 juillet, mais actuellement, grâce à la pureté momentanée de l'atmosphère, elle brille merveilleusement chaque soir, au-dessous de l'étoile polaire, comme une étoile de troisième grandeur. Sa traînée est très apparente à l’œil nu.

 

Juillet 1874   -   Tentative de meurtre.  -  Samedi, à quatre heures du matin, un sieur Nôel, âgé de 60 ans, propriétaire à Epinay-sur-Odon, canton de Villers-Bocage, a été trouvé parterre sous sa fenêtre. Il avait la cuisse et le bras droit fracturés et portait au cou des traces de strangulation. Cet homme doit avoir été maltraité dans sa chambre et jeté parla croisée. Les auteurs du crime sont inconnus.

 

Juillet 1878   -  Écoles Primaires.  -  Les vacances ouvriront le jeudi 1er août, les classes rentreront le lundi 2 septembre.

 

Juillet 1878   -  Secours aux communes.  -  500 fr. à Saint-Germain-le-Vasson, pour la restauration de son église ; 1 500 fr. au Gast, pour l'achèvement de son presbytère ; 500 fr. à Clinchamps-sur-Orne, pour la reconstruction partielle de l'église ; 6 000 fr. à Ouistreham, pour la restauration de son église.

Aux communes de Montchamp, 4 500 fr. pour la construction d'une maison d'école ; de Formigny, 5 000 fr. ; de Cauville 4 500 fr. ; d'Epinay-sur-Odon, 500 fr.  

 

Octobre 1890  -  Tué involontairement.  -  Dimanche, une jeune fille de 18 ans, servante chez le sieur Voivenel, propriétaire au village de Longanney, à Epinay-sur-Odon, a été victime de l'imprudence de son maître, qui rentrait chez lui, au retour de la chasse. En se débarrassant de son fusil, qui était resté armé, il fit partir le coup qui atteignit la malheureuse servante qui est morte presque immédiatement .  (Source  : Le Bonhomme Normand)

Juillet 1892  -  Tribunal de Caen.  -  Félix Letellier, 26 ans, domestique, sans domicile, vols, tentatives de vols, escroqueries, filouteries, 8 mois.

— Adolphe Hamon, 49 ans, cultivateur à Longvillers, outrages à un huissier, 8 jours.

— Albert Fleury, 16 ans, domestique à Epinay-sur-Odon, vol d'une montre à la fille Harang, 2 mois. (Loi B.)

— Filles Clémence Leroy, 21 ans, et Marie Chesnel, 24 ans, filles soumises à Caen, vol de 300 fr. au sieur Madelaine, 4 mois chacune.

— Jules Chrétien, 22 ans, domestique à Troarn, outrages à un maire, 6 jours.  (Source  : Le Bonhomme Normand)

 

Septembre 1897  -  Enfant disparu.  -   Le jeune Dériac, 10 ans, s'est enfui du domicile de ses parents, à Epinay-sur-Odon, et n'a pas reparu depuis. C'est la cinquième fois qu'il quitte la maison paternelle. (Source  : Le Bonhomme Normand)

 

Octobre 1897  -  Encore des disparus.  -  Le sieur Arsène Allain, 38 ans, cultivateur à Campagnolles, près Vire, dont l'état mental laisse à désirer, a quitté son domicile, emmenant avec lui une jument. Jusqu'à ce jour, les recherches pour le retrouver sont demeurées infructueuses. 

— On recherche le jeune Jules Déréac, 10 ans, qui a disparu de chez sa mère, à Epinay-sur-Odon. 

— Un garçon épicier, employé chez la darne Vaudra, épicière à Saint-Pierre-sur-Dives, avait été envoyé porter en voiture, du côté de Sassy, des fournitures chez différents clients de la région. Contrairement à son habitude, il n'est pas rentré le soir, et, depuis, on n'a pu avoir aucune nouvelle de lui, sauf qu'il a été rencontré sur la route en état d'ébriété. 

— Disparu également le jeune enfant de la dame Douchin, demeurant à Sallen. (Source  : Le Bonhomme Normand)

 

Janvier 1898  -  Chasse.  -  On annonce la fermeture pour le dimanche 30 janvier. (Source  : Le Bonhomme Normand)

 

Janvier 1898  -  Superstitions.  -  L'année 1897 ayant commencé un vendredi, les gens superstitieux ont attribué à cette date fatale toutes les calamités, qui se sont produites pendant ces douze derniers mois. 

— L'année qui commence, quoique débutant un samedi, ne recèle rien de bon non plus s'il faut s'en rapporter aux révélations de l'ange  Gabriel parlant par la bouche de la Couesdon. L'ange voit : « Un incendie s'élever, des enfants aisés y seront brûlés... L'autre ne sera rien a côté. » (Source  : Le Bonhomme Normand)

 

Janvier 1898  -  Mérite agricole.  -  Sont nommés chevaliers : MM. Bricon, horticulteurs à Caen ; Letellier, pépiniériste à la Maladrerie ; Asselin, agriculteur-pépiniériste, maire de Mesnil-Robert ; Bourbon, cultivateur à Barbery ; Chollet, agriculteur à May-sur-Orne ; Lénault, éleveur à Epinay-sur-Odon ; Godillon, vétérinaire à Falaise ; Le Belhomme, ancien agent voyer, à Lisieux. Eude, éleveur à Vire. (Source  : Le Bonhomme Normand)

 

Septembre 1898  -  Tentative de viol.   -   Un individu, malheureusement inconnu, s'est jeté, pour la violer, sur la dame Isménie Boisset, 33 ans, qui était dans les champs à traire les vaches du sieur Lenault, cultivateur à Epinay-sur-Odon.  A ses cris, des personnes travaillant près de là accoururent et l'individu prit aussitôt la fuite. (Source  : Le Bonhomme Normand) 

 

Septembre 1898  -  Incendies.   -   Le feu a réduit en cendres une meule contenant 11 000 gerbes de blé, 2 000 d'avoine et 1 500 d'orge, appartenant au sieur Georges Fouquet, fermier à Petiville, près Troarn. On a trouvé, sur le lieu du sinistre, un gant de peau. L'incendie a dû prendre a un tas de râtelures qui se trouvait près de la meule et y aura communiqué le feu. Pertes 14 500 fr. Assuré pour 12 000 seulement.

— Une meule de paille appartenant, au sieur Pierre Marie, cultivateur à Airan, canton de Bourguébus, a été détruite par un incendie attribué à la malveillance. Pertes, 600 fr.

— D'un bâtiment à usage de pressoir au sieur Jean Baron, propriétaire à Montchamp, près Vassy. Pertes, 2 600 francs. Assuré.

— D'un bâtiment et de 4 200 bottes de foin au sieur Percy, cultivateur à Berville, près St-Pierre-sur-Dives.

— A Dozulé, d'un bâtiment appartenant au sieur Dubosq, entrepositaire à Caen. Pertes pour le sieur Marie, fermier, de Beuvron, 3 200 fr. Assuré.

— Un incendie, dont la cause n'a pu être établie, a consumé entièrement, à Fontenay-le-Pesnel, près Tilly-sur-Seulles, trois maisons couvertes en chaume. Tous les efforts des pompiers ont dû se borner à préserver les habitations voisines. Les sinistrés sont les sieurs Novaru, boucher, qui perd 200 fr., non assurés ; Lepeltier, Bilheust, 500 fr., assuré, et les époux Sosson, 300 fr. Ces derniers, le mari 72 ans, aveugle, la femme, 60 ans, qui fait des journées, sont réduits à la plus grande misère. On croit que le feu a pris naissance dans la toiture d'un petit bâtiment reliant, deux des maisons.

— A Epinay-sur-Odon, d'un corps de bâtiments, à usage d'étable et menuiserie, au sieur Mauger. Pertes, 1 100 fr. Assuré. (Source  : Le Bonhomme Normand)

 

Septembre 1898  -  Tentative de viol.   -   Nous avons mentionné dans notre avant dernier numéro la tentative de viol, commise sur la veuve Isménie Boissel, 33 ans, journalière à Epinay-sur-Odon, pendant qu'elle trayait dans les champs les vaches du sieur Lenault. L'auteur de cet acte criminel serait le nommé Auguste Leboucher, dit Roucamps, 32 ans, domestique à Epinay. Il a été arrêté à Villers-Bocage. (Source  : Le Bonhomme Normand)

 

Décembre 1898  -  Précoce vaurien.  -  Les habitants d'Epinay-sur-Odon, près Villers-Bocage, ont porté plainte contre le jeune Jules Roger, 12 ans, demeurant chez sa mère. 

Après enquête, le jeune garnement, qui a'été renvoyé, il y a un an, de l'école, pour mauvais exemple donnés à ses camarades, s'est reconnu coupable d'avoir cassé un carreau de la croisée de la veuve Marie pour entrer dans sa chambre en son absence. Il lui a dérobé une somme de 6 fr. 50 et un couteau, puis, en se retirant, a jeté un seau d'eau dans son lit. Il a déclaré avoir cassé les greffes de jeunes pommiers au sieur Voivenel, parce que celui-ci l'avait giflé. Au sieur Sophrone, il a dérobé l’écrou d'une charrue pour l'empêcher de labourer. Après avoir volé la barrière du jardin de la veuve Bertot, il la jeta dans un abreuvoir, à côté de sa maison.  (Source  : Le Bonhomme Normand)

 

Octobre 1900   -   Lasse de souffrir.  -  On a trouvé pendue à une poutre, dans sa chambre, la femme Fossey, née Constance Marie, 69 ans, demeurant à Epinay-sur-Odon, près Villers-Bocage, malheureuse en l'absence de son mari, était montée sur son lit, et, après avoir fixé à un clou une corde qu'elle s'était passée au cou, elle s'était laissé glisser. Les pieds touchaient presque terre.

La pauvre femme souffrait depuis longtemps de rhumatismes, elle était de plus, presque aveugle, et elle avait maintes fois, manifesté l'intention de se donner la mort. (Source  : Le Bonhomme Normand)  

 

Décembre 1900   -   Outrage public à la pudeur.  -   Procès-verbal a été dressé contre Auguste Leboucher, dit Roucamp, 30 ans, et Désirée Mouillard, femme Delaunay, 46 ans, tous deux Journaliers à Épinay-sur-Qdon, surpris au moment où ils se livraient à un outrage public à la pudeur. (Source  : Le Bonhomme Normand)  

 

Août 1903  -  Suicide.   -  On a trouvé pendu à un poirier dans un herbage, à Épinay-sur-Odon, près Villers-Bocage, le sieur Louis Lepley, 51 ans,.né à Landes, en dernier lieu domestique à Caen. La misère parait être la cause qui a poussé le malheureux à se donner la mort. (Source : Le Bonhomme Normand)

 

Mars 1913  -  Mort atroce d'un enfant.  -  Pendant que Mme Turmel, 32 ans, ménagère, s'était absentée quelques minutes, le jeune André Deros, 28 mois, qui lui était confié par l'Assistance publique de Caen, s'approcha du foyer et y tomba. En rentrant, Mme Turmel  sentit une odeur de brûlé et aperçut aussitôt l'enfant tombé à plat ventre dans le brasier. Elle enleva aussitôt le petit malheureux, qui vivait encore, mais dont les vêtements tombaient en lambeaux et dont le corps était tout noir. Aux appels de la nourrice, deux voisines  accoururent, mais le jeune André expira presque aussitôt. Cet enfant commençait à peine à marcher.

Avril 1914  -  Téléphone.  -  Le préfet du Calvados a l'honneur d'informer le public que la mise en service du téléphone à : la Boissière, Merville, Glos, Boissey, Sainte-Marguerite-de-Viette, Epinay-sur-Odon, Benneville-sur-Ajon, Livry, Cormolain, Mesles, a été fixée au 1er mai 1914.  

 

Mai  1919  -  Vol.  -   Dans la nuit du 12 au 13 mai, une jument appartenant à M. Edmond Lénault, cultivateur à Epinay, a été volée. (Source  : Le Moniteur du Calvados)

 

Août 1926  -  Subvention.  -  Le Conseil général donne acte à M. le Préfet de sa communication pour l'emploi d'un reliquat pour travaux aux bâtiments communaux autres que les écoles, qui ont leur dotation spéciale. La somme de 5 750 francs proposée se répartit ainsi qu'il suit : Epinay-sur-Odon.    Travaux aux lavoirs communaux 500 fr.

 

Mars 1928  -  Fatale découverte.  -  Se rendant au hameau du Pont de Val, Mme Veuve Lhonneur, journalière à Epinay-sur-Odon, canton de Villers-Bocage, apercevait que, dans un fossé,  un cadavre qui fut reconnu pour être celui de la veuve Victoria Mariette, 62 ans, journalière au bourg. La face de la victime baignait dans l'eau. Le corps ne portait aucune trace de violences mais comme la fille de Mme Mariette, Mme Aguet, employée à Paris, n'avait trouvé aucun argent chez sa mère, le permis d'inhumer avait été refusé.

Néanmoins, l'enquête a conclu à une mort naturelle, provoquée par une congestion.  

Mars 1929  -  Découverte macabre.  -  Le 2 décembre dernier disparaissait brusquement de la ferme où il était employé à Villers-Bocage, un domestique agricole, Louis Auguste Marguerite, 29 ans. Toutes les recherches entamées pour retrouver le jeune homme demeurèrent vaines et l'on crut qu'il avait pour une raison inconnue quitté le pays.

Or, avant-hier, le cadavre de Marguerite était retiré de la rivière l'Odon au bourg d'Épinay. Le corps portait de nombreuses traces de violences, le bras gauche était fracturé. Pensant se  trouver en présence d'un crime, le Parquet de Caen prescrivit l'autopsie. Celle-ci a conclu à un décès accidentel.  

 

Mars 1937  -  Le cadavre du jeune disparu de Longvillers a été retrouvé dans l’Odon. -  Au matin, vers 8 h. 30, en se rendant dans un prè voisin de l'Odon, Mme veuve Havard, 52 ans, ménagère à Epinay-sur-Odon, apercevait, flottant sur la rivière, au lieu dit « Le court-chemin », le corps d'un enfant, dont les vêtements s'étaient accrochés à l'une des branches d'un arbuste bordant la rive.

Mme Havard appela son fils qui, à l'aide d'une gaffe, ramena sur la berge le cadavre qui fut rapidement identifié comme étant celui du jeune Jacques Mary, âgé de 6 ans, fils d'un maçon  de Longvillers, disparu dans la nuit du 27 au 28 février, durant laquelle il avait accompagné son père- dans une ferme où celui-ci effectuait un travail.

Il est probable que l'enfant, comme on l'avait supposé au lendemain de sa disparition s'est noyé alors que par une tempête de neige, il regagnait le domicile de ses parents.

Il y a quelques jours, des morceaux d'étoffe provenant des habits du garçonnet avaient été découverts sur les berges de l’Odon, au pont de La Capelle, à Longvillers, soit à une distance de 3 kilomètres de l'endroit où le cadavre de l'infortuné bambin a été trouvé. (source le Moniteur du Calvados) 

 

Juin 1937  -    Les soviets partout !    Les gendarmes de Villers-Bocage ont arrêté le nommé Ernest Letellier, 25 ans, domestique agricole au service de M. Renée, cultivateur à Epinay-sur-Odon, pour vol de diverses pièces de linge au préjudice de son patron. Letellier a déclaré qu'il avait dérobé ce linge afin de se fabriquer des chaussettes russes ! (source le Moniteur du Calvados)

 

Janvier 1938  -  Une arrestation.  -  Les gendarmes de Villers-Bocage ont arrêté pour vol d'un coq au préjudice de M. Maurice Lefèvre, cultivateur à Épinay, une femme Alphonsine Victoire, 36 ans, journalière, sans domicile fixe, que ce dernier avait surprise au moment où elle venait de dérober l'animal. (source le Moniteur du Calvados)

 

Février 1938  -  Un voleur de vélo arrêté.   -   Venu à Villers-Bocage pour y passer l'après-midi au bal, M. Gaston Lechartier, 24 ans, ouvrier agricole chez. M. Léon Marguerite, cultivateur à St-Vaast-sur-Seulles, laissait son vélo à la porte du débit tenu par M. Etasse.

Lorsque vers une heure du matin, il revint pour prendre sa machine, elle avait disparu, mais croyant qu'on lui avait fait une farce, il n'avait pas porté plainte.

Or, ce n'était pas une farce et son vélo qui lui avait été bel et bien volé, vient d'être retrouvé. C'est M. Julien Renée, 43 ans, cultivateur à Épinay-sur-Odon,_qui l'a découvert, caché dans  sa grange à foin. Il en avisa la gendarmerie de Villers-Bocage en indiquant qu'il avait entendu un de ses employés nommé Fernand Dudouet, âgé de 19 ans, dire qu'il venait d'acheter une bicyclette.

Habilement interrogé, Dudouet, a reconnu que c'était bien lui qui avait placé le vélo dans la grange et qu'il l'avait volé à Villers-Bocage.

Pris ainsi en flagrant délit, Dudouet a été arrêté. (source le Moniteur du Calvados)

 

Mai 1938   -   La fâcheuse mésaventure d’un cultivateur.  -  L'autre matin, à la suite d'une, discussion avec son mari, Mme M…….., cultivatrice à Epinay-sur-Odon, a quitté le domicile  conjugal en emportant 8 800 francs. Mme M…….. se serait enfuie en compagnie d'un amant, Eugène Canin, 27 ans, domestique agricole. 

Sur plainte du mari, Canin, considéré comme complice de la soustraction, est recherché.

Les fugitifs ont été vus, le jour de la disparition de l'argent, prenant, un autobus en direction de Caen. (source le Moniteur du Calvados)

 

Août 1942   -   Pour les prisonniers.   -   A Épinay-sur-Odon, dimanche 2 août, à 14 h. 30, séance récréative et vente aux enchères au profit des prisonniers de guerre et de leur famille.

Vente de nombreux produits rares et comestibles ; moutons, porcs, volailles, Calvados, etc.... Buffet bien garni, buvette copieuse. Vous ferez un acte méritoire en venant nombreux à cette manifestation de solidarité.  

 

Novembre 1945  -  Une bombe explose dans un immeuble.   -  Une violente explosion provoquée, croit-on, par une bombe de 50 kilos, a causé de gros dégâts matériels dans une maison d’Epinay-sur-Odon. Fort heureusement on n’a pas eu à déplorer de victimes. Le Parquet de Caen s’est rendu sur les lieux, l’hypothèse d’un attenta a été envisagée. (Source  : Le Bonhomme Libre)

EPINAY-s/ODON   -  L'Eglise

EPINAY-sur-ODON   -  Route de Villers-Bocage

Commentaires et informations : Facebook @