FAMILLY

Canton de Orbec

Les habitants de la commune de Familly sont des  ?

Décembre 1871   -  Fait divers.   -  Samedi dernier, vers deux heures du soir, le nommé Adrien-François Després, âgé de 70 ans, domicilié à Familly, a été trouvé mort dans un herbage où il était à travailler. D'après les constatations, la mort est le résultat de la rupture d'un anévrisme. Després était célibataire et vivait seul depuis longtemps.  

 

Novembre 1891  -  Est-ce la fin du monde ?  -  Inondations dans le midi de la France ; neige en Espagne et à Madrid ; choléra à Damas ; influenza à Londres et en Australie, et même en France, dans Maine-et-Loire ; tremblement de terre au japon, 3 000 victimes ; disette dans le nord de la Suède, sans compter les accidents des chemins de fer.  (Source B-N)

 

Novembre 1891  -  Vol de 444 francs.  -  Des malfaiteurs sont entrés, par escalade et effraction, au domicile du sieur Barbier, propriétaire à Familly,  ils ont dérobé une somme de 444 francs.  (Source B-N)

 

Novembre 1891  -  Population.  -  En 1890, il y a eu dans le Calvados : mariages, 2 920 ; divorces, 66 ; naissances, 8 709, dont 7 649 légitimes et 1 060 illégitimes ; décès, 10 474 ; mort-nés, 405. Soit un excédent des décès sur les naissances de 1 765. 

— Manche : mariages, 3 289 ; divorces. 24 ; naissances, 10 974, se divisant en 10 274 légitimes et 700 naturelles ; décès, 11 828 ; mort-nés, 484. L'excédent des décès sur les naissances est donc de 854. 

— Dans l'Orne : mariages, 2 320 ; divorces, 44 ; naissances, 6 055, se divisant en 5 732 légitimes et 323 naturelles; décès, 9 192 ; mort-nés, 244. L'excédent des décès sur les naissances atteint donc le nombre de 2 137.  (Source B-N)  

 

Décembre 1893  -  Incendie.  -  A Familly, le feu a pris à la couverture de la laiterie des époux Asse. Perte, 2 000 fr. (Source B.N.)  

 

Août 1894  -  Les orages.   -   Depuis dix jours, notre contrée est sous le coup d'orages désastreux, les récoltes sont en souffrance, les pommes de terre se gâtent, les fruits ne mûrissent pas ou pourrissent aux arbres. La nouvelle lune parait vouloir nous être clémente. Il n'est pas trop tôt. (source B. N.) 

 

Août 1894  -  La Cocotte.   -  Dans divers cantons de la Manche, limitrophes du Calvados, la fièvre aphteuse prend un tel caractère envahissant que le préfet a pris un arrêté interdisant l'introduction dans le Calvados des animaux des espèces bovine, ovine, caprine et porcine de la Manche. (source B. N.)

 

Août 1894  -  Un vilain personnage.   -  Adolphe Brossard dit Goalbert, 35 ans, est un repris de justice des plus dangereux. En janvier dernier, dans l'après-midi, la dame Pessey, 60 ans, revenait d'Orbec à Familly, lorsqu'elle vit Brossard qui se tenait debout sur le bord de la route, presque nu. Il s'approcha de la femme Pessey, la saisit par le bras et lui demanda : «Veux-tu que je... t'embrasse ». En même temps il la bouscula en cherchant à la renverser à terre. La femme Pessey opposa la plus vive résistance. Brossard la saisit alors au collet d'une main et de l'autre, lui comprimant la bouche avec brutalité, il lui disait : « Si tu cries, je t'étouffe ». La femme Pessey mordit Brossard au doigt. Il retira sa main et essaya à nouveau de la renverser, mais il fut obligé de lâcher la pauvre vieille en apercevant sur la route des personnes venant dans leur direction. Plusieurs vols lui sont aussi reprochés, mais n'ont pu être établis. Brossard, dont l'attitude à l'audience a été déplorable, n'en est pas moins condamné à 8 ans de réclusion et à la relégation. (source B. N.)  

 

Juin 1895  -  Vol de bestiaux.  -  Jean Heurtevent, 58 ans, et Eléonore Coquerel, 46 ans, journaliers à Manerbe, ont été arrêtés par la gendarmerie pour vol d'une vache au préjudice de M. Gosset, propriétaire à Mesnil-Eudes. 

— Une génisse a été volée à M. Léon Ratte, cultivateur à Familly, l'auteur du vol est inconnu. 

— Nous avons dit qu'une vache da 250 fr. avait été volée à Mme Doucel, propriétaire à Mittois. La voleuse serait la fille de la dame Doucet, une femme Ricard, demeurant à Caen. (source B. N.)

 

Février 1917  -  Le feu.  -  Un incendie a éclaté dans un immeuble situé au hameau de Cornichet, appartenant à M. Giré, d'Orbec, et exploité par Mme veuve Bourdin, fermière à Familly. Les pertes sont évaluées 5000 francs.

Depuis le 22 mai 1916, c'est le quatrième incendie qui se déclare dans cette commune. Une enquête est ouverte.

 

Mars 1917  -  Un incendiaire de soixante ans.  -  Plusieurs incendies avaient éclaté, ces temps derniers, dans la commune de Familly, canton d'Orbec. En enquêtant sur les causes du plus récent, qui avait détruit un bâtiment de la ferme de Mme Boudin, on acquit la certitude que ces sinistres étaient tous dus à la malveillance. On arrêta un nommé Leconte, 60 ans, dont on avait relevé les empreintes de pas sur la neige. Pressé de questions, il a avoué. L'incendiaire comparaîtra aux prochaines assises.

 

Août 1924  -  La fraude du lait.  - Le tribunal prononce une amende de 500 francs contre chacun des prévenus Ci-après, inculpés de falsification de lait et écrémage : Ernest Conard, 35 ans, cultivateur à Tordôuet ; la femme Prévost née Marie Prévost. 38 ans, cultivatrice à Familly ; la femme Poirier, née Jeanne Epoisne, 33 ans, cultivatrice au Mesnil-Germain.  

 

Juillet 1931   -  Inauguration de l’électricité.  -   L'inauguration de l'électricité du Syndicat Intercommunal de Meulles, Cerqueux, Familly, Friardel et Préaux a eu lieu dimanche après une messe célébrée en l'église de Meulles, par M. l'abbé Moussier, curé de Cerqueux.
Une nombreuse affluence se rendit à midi sur la place de la mairie arrivèrent bientôt M. Henry Chéron, nateur, ancien ministre, M. Boivin-Champeaux, sénateur, M. Noël, sous-préfet de Lisieux, M. Henri Laniel, puté, M. le Comte de Colbert-Laplace, conseiller général, M. Ozanne, conseiller d'arrondissement, etc…
Une aimable fillette, Mlle Renée Jobey, adressa un charmant compliment à M Henry Chéron et lui remit une gerbe de fleurs, pendant que Mlles Marguerite Pitard et Jacqueline Courtois offraient d'autres gerbes de fleurs à M. le Sous-Préfet.
Le cortège se rendit au Monument aux morts les gerbes furent déposées.
Ensuite les personnalités et les invités de la Municipalité de Meulles assistèrent au Banquet présidé par M. Henry Chéron.
On reconnaissait à ses côtés MM. Boivin-Champeaux, sénateur ; Henri Laniel, député ; Noël, sous-préfet de Lisieux et, en face de lui, Pitard, maire de Meulles ; Pitard, fils, maire de Familly, et Heubert, maire de Cerqueux ; de Cobert-Laplace ; Ozanne ; Haimet, maire de Préaux ; Vattier, de la Folletière-Abenon ; Lanquetot, maire de Saint-Martin-de-Bienfaite ;
Duvé, adjoint au maire d'Orbec ; Leloup, ingénieur ; Boudin-Desvergers, les ingénieurs de la compagnie électrique, un grand nombre de maires et d'adjoints des communes voisines Moulin, percepteur ; Hamon, directeur des Echos d'Orbec ; Jean Bertot, du Lexovien.
Au discours d'éloquents discours furent prononcés par M. Noël, sous-préfet, Pitard, maire de Meulles, Boivin-Champeaux, sénateur, Henry Chéron, sénateur, Laniel, député.

 

Mars 1940  -  Un volatile cause un accident sérieux.  -   Le jeune Ange-Marie Duhamel, 17 ans, Journalier, demeurant à Familly, circulait à bicyclette accompagné de son frère. Une poule se jeta dans sa roue avant. Le Jeune Duhamel ne put éviter le volatile, et fit une chute grave. Il est blessé sérieusement à la tète et à la main droite.
En effet, c'est son frère qui a dû porter plainte, car le blessé est resté pendant deux jours dans l'impossibilité de parler.
De l'enquête ouverte par les gendarmes d'Orbec. Il n'a pu encore être établi quel est le propriétaire de la poule. L'enquête continue.    

 

Juillet 1943   -   Fait divers.   -   Des malfaiteurs ont pénétré de nuit dans le jardin de l'école de Meulles, ont brisé un carreau et pénétré dans le bâtiment où ils ont raflé les feuilles de tickets de pain, denrées diverses ainsi que les coupons semestriels et les cartes d'alimentation entièrement préparées, qui étaient destinées aux habitants de Familly. C'est en effet le secrétaire de mairie de Meulles qui assure le service de son collègue de Familly, actuellement prisonnier de guerre.

La distribution de titres de rationnement ayant débuté la veille, une grande partie des habitants de Familly se trouvaient déjà en possession de ses feuilles, de sorte que les malfaiteurs n'en ont emporté qu'une quantité assez restreinte.

 

Juillet 1943   -   Lutte contre le doryphore.   -   Conformément aux instructions de la Feldkommandantur, la troisième pulvérisation devra commencer le 10 juillet, se terminer le 16 juillet au soir. La 4eme pulvérisation devra débuter le 18 juillet et se poursuivre jusqu'au 24 juillet au soir. Les agents de la force publique sont chargés de veiller à l'application de cette disposition.

Par ailleurs, la Feldgendarmerie a reçu l'ordre de surveiller les pulvérisations et de dresser des procès-verbaux à l’encontre des contrevenants. 

FAMILLY (Calvados)  -  Le Château, (Façade Nord)
Commentaires et informations : Facebook - @