FRIARDEL

Canton de Orbec

Les habitants de la commune de Friardel sont des

Août 1854  -  Réunion de Cerqueux à Friardel,et de La Vespière à Orbec.  -  Sur la proposition de sa Commission des affaires diverses , le Conseil émet l'avis qu'un travail d'ensemble soit étudié, afin de réduire à deux les communes de Cerqueux, Friardel, Orbec et La Vespière.

Les tableaux d'assemblage des communes d'Orbec et de La Vespière, délivrés par M. le Directeur des contributions directes. La délibération du Conseil municipal d'Orbec, du 11 juin 1854, celle de La Vespière, à la date du 25 du même mois. Le rapport de M. le Sous-Préfet, L'avis du Conseil d'arrondissement de Lisieux, sur les deux projets de réunion. Le rapport de M. le Préfet, considérant que les habitants de la commune de Cerqueux s'opposent énergiquement à leur réunion à la commune de Friardel, ils se fondent principalement sur ce que l'église de Friardel ne serait pas centrale, que les villages de la section B, en sont éloignés de 5 à 6 kilomètres, que les deux communes réunies présenteraient une configuration disgracieuse et incommode,  l'église de Cerqueux est en bon état et plus grande que celle de Friardel, et qu'elle a de grandes chances d'être érigée en succursale, qu'enfin, une maison presbytérale fort convenable est gratuitement offerte à la commune, par Mme Desmoutis.

Qu'en faveur de la réunion, on dit que Cerqueux est déjà réuni à Friardel, pour le culte, que les deux communes isolées ne peuvent construire une mairie et une maison d'école, dont la nécessité se fait vivement sentir, et qu'après la réunion, les ressources réunies permettraient d'atteindre ce but. Les enquêtes ne sont pas favorables à la réunion, que la configuration des communes réunies serait évidemment mauvaise, qu'une partie de Cerqueux serait beaucoup trop éloignée de l'église, où, dans l'état actuel des choses, les habitants de la section B ne vont jamais, que le Conseil d'arrondissement a conclu au rejet du projet, qu'il y a donc lieu de se prononcer contre la réunion telle qu'elle est projetée, sauf à examiner s'il ne serait pas possible de concilier les intérêts civils et religieux de ces deux communes, par un remaniement général des quatre communes de  Cerqueux, Friardel, Orbec et La Vespière.

La réunion de La Vespière à Orbec a été demandée par cette dernière commune, mais qu'elle a soulevé une opposition sérieuse, même parmi les habitants d'Orbec, que tous les habitants de la Vespière protestent contre cette réunion, que l'opinion du Juge de paix, qui a procédé à l'enquête, est favorable à la réunion, mais que le Conseil d'arrondissement s'est prononcé contre. Cependant, il faut reconnaître que la réunion d'au moins une partie de la commune de La Vespière à Orbec devient une nécessité, puisque ces deux communes sont déjà réunies pour le culte, les enfants de La Vespière reçoivent l'instruction à Orbec, moyennant une faible rétribution, il n'y a qu'un cimetière pour les deux communes, qu'à ce moyen La Vespière profite de tous les avantages d'Orbec sans en supporter les charges. Mais cette affaire ne paraît pas non plus suffisamment instruite, la simultanéité des demandes de réunion de Cerqueux à Friardel et de La Vespière à Orbec doit porter le Conseil général à demander une nouvelle instruction, afin de savoir s'il ne serait pas plus convenable, dans l'intérêt de l'Administration et des populations, de faire un remaniement général des quatre communes, que de repousser ou d'adopter des projets qui ont soulevé tant de réclamations diverses. Est d'avis qu'un travail d’ensemble soit étudié, afin de réduire à deux les communes de Cerqueux, Friardel, Orbec et La Vespière.

 

Août 1871   -  Condamnation.   -   Eugène Lefèvre, âgé de 42 ans, journalier à Friardel, pour avoir maltraité sa femme, 3 mois de prison.

 

Avril 1893  -  Bris de boite aux lettres.  -  Des individus restés inconnus ont brisé la boite aux lettres de la commune de Friardel, desservie par le bureau de poste d'Orbec. On ignore si cette boîte renfermait des correspondances. Une enquête est ouverte. (Source B.N.)  

 

Mai 1897  -  Empalé.  -  Le sieur Livet, maître couvreur, à Orbec, devait réparer la couverture de la maison de la dame Bellière, à Friardel. Son échelle étant trop courte, Livet la rallongea avec une vieille échelle trouvée dans la cour. Mais, à peine monté, cette échelle se rompit sous le poids de Livet et le malheureux vint s'empaler sur la grille qui se trouve devant la maison. Un bicycliste, qui passait, l'aida, avec le secours de la dame Bellière, à sortir de sa cruelle position. Les blessures de Livet sont graves. (source B. N.)  

 

Août 1915  -  Les désespérés.  -  Un sieur Louis Auguste dit Sophie, 57 ans, à Friardel, près Orbec, s'est pendu dans le bûcher des époux Heubert, cultivateurs, même commune. Auguste souffrait de violents maux de tête et il disait souvent que, le jour où il n'en pourrait plus, il se suiciderait.

 

Janvier 1920  -  Commune sans maire. -  Le conseil municipal était convoqué en deuxième séance pour nommer sa municipalité. M. Chandora, élu maire au premier tour, déclina cet honneur et il en fut de même de M. Girbal, élu au deuxième tour, et M. Alexandre Durand, élu au troisième. Le conseil a dû s'ajourner sans avoir réussi à faire accepter les fonctions de maire à un de ses membres.

 

Février 1924  -  Fraude de lait. - La femme Ambourg, 28 ans. cultivatrice à Friardel. est inculpée de fraude de lait par mouillage. Ces faits lui rapportent 15 jours de prison, 100 francs d'amende et, le tribunal ordonne, en outre, l'insertion et l'affichage du jugement.

 

Mars 1924  -  Falsification du lait.  -  A la suite, d'une plainte porté contre Mme veuve Toutain née Julienne Urset, 35 ans, cultivatrice, laquelle livrait du lait falsifié à la fromagerie du Merle, à Friardel, des prélèvements furent faits à son domicile. Un écrémage de 43% a été constaté à l'analyse.
Interrogée la veuve Toutain. très embarrassée, à d'abord avoué, avoir, en effet, prélevé un litre de crème sur deux traites, pour les besoins de sa cuisine. Ensuite, elle déclaré qu'ayant écrémé deux terrines de lait pour nourrir sept petits veaux, une erreur avait été commise par la bonne, laquelle aurait donné aux veaux le lait destiné à la fromagerie, non écrémé alors qu'elle aurait livré chez M. du Merle le lait écrémé.
Les réponses de la bonne, Lucie Aubry ont paru très suspectes et les faits ont démontré l'inexactitude des dires de Mme Toutain. Cette dernière est condamnée à 10 jours de prison, 600 francs d'amende, l'affichage et l'insertion du jugement sont, en outre, ordonnés.  


Avril 1926  -  Recensement.  -  85 maisons, 70 ménages, 272 habitants contre 270 en 1921.

 

Avril 1927  -  Écrasé par sa voiture.  -  Un employé de la fromagerie du Merle, à Friardel, M. Gustave Paul, 29 ans, conduisait un chargement de bois sur un terrain très en pente, lorsque la voiture s'est  renversée. Pris sous la charge, l'infortuné domestique a eu la tête écrasée et a été tué sur le coup.

 

Juillet 1931   -  Inauguration de l’électricité.  -   L'inauguration de l'électricité du Syndicat Intercommunal de Meulles, Cerqueux, Familly, Friardel et Préaux a eu lieu dimanche après une messe célébrée en l'église de Meulles, par M. l'abbé Moussier, curé de Cerqueux.
Une nombreuse affluence se rendit à midi sur la place de la mairie arrivèrent bientôt M. Henry Chéron, nateur, ancien ministre, M. Boivin-Champeaux, sénateur, M. Noël, sous-préfet de Lisieux, M. Henri Laniel, puté, M. le Comte de Colbert-Laplace, conseiller général, M. Ozanne, conseiller d'arrondissement, etc…
Une aimable fillette, Mlle Renée Jobey, adressa un charmant compliment à M Henry Chéron et lui remit une gerbe de fleurs, pendant que Mlles Marguerite Pitard et Jacqueline Courtois offraient d'autres gerbes de fleurs à M. le Sous-Préfet.
Le cortège se rendit au Monument aux morts les gerbes furent déposées.
Ensuite les personnalités et les invités de la Municipalité de Meulles assistèrent au Banquet présidé par M. Henry Chéron.
On reconnaissait à ses côtés MM. Boivin-Champeaux, sénateur ; Henri Laniel, député ; Noël, sous-préfet de Lisieux et, en face de lui, Pitard, maire de Meulles ; Pitard, fils, maire de Familly, et Heubert, maire de Cerqueux ; de Cobert-Laplace ; Ozanne ; Haimet, maire de Préaux ; Vattier, de la Folletière-Abenon ; Lanquetot, maire de Saint-Martin-de-Bienfaite ; Duvé, adjoint au maire d'Orbec ; Leloup, ingénieur ; Boudin-Desvergers, les ingénieurs de la compagnie électrique, un grand nombre de maires et d'adjoints des communes voisines Moulin, percepteur ; Hamon, directeur des Echos d'Orbec ; Jean Bertot, du Lexovien.
Au discours d'éloquents discours furent prononcés par M. Noël, sous-préfet, Pitard, maire de Meulles, Boivin-Champeaux, sénateur, Henry Chéron, sénateur, Laniel, député.

 

 Mai 1944  -  Vol de beurre.  -  La gendarmerie enquête sur un vol de 42 kilos de beurre, commis il y a quelques jours au préjudice de la laiterie Didier-Petit.

 

Novembre 1946  -  Un grave accident d’auto à Friardel.  -   Une voiture automobile conduite par M. Norbert Pigache, camionneur, à Pont-l’Evêque, dans laquelle avaient pris place son gendre, M. Robert Fouquet, instituteur et Fernand Popinel, débitant, tous deux domiciliés à la Folletière-Abenon, circulait sur la route d’Orbec au Sap, lorsque arrivée au lieu dit l’Abbaye, la direction s’étant brusquement bloquée le véhicule tomba dans un fossé. M. Pigache a été grièvement blessé à la poitrine et M. Popinel a eu une cuisse fracturée, quant à M. Fouquet, il en a été quitte pour l’émotion. Secourus par les occupants d’une voiture qui suivait, les blessés ont été transportés à l’hôpital de Bernay. Les dégâts sont importants, mais couverts par une assurance. (Source B.-L.)  

 

Janvier 1947  -  Les renards.     Des malfaiteurs se sont introduits durant la nuit dans la basse-cour de M. René Martin, cultivateur à Friardel. Ils ont fait main basse sur dix poules, deux dindes, trois canards, deux coqs et deux lapins. Le montant du vol s’élève à 15 000 francs. (Source B.-L.)   

 

Février 1947  -  Le remplacement des P.G. allemands.     Il est probable que dans les prochains mois commencera le rapatriement des prisonniers allemands. Dans le Calvados, où environ 6 000 de ceux-ci sont employés, le rapatriement va poser un grave problème de main-d’œuvre. Le gouvernement français a engagé depuis plusieurs mois des pourparlers pour que des ouvriers étrangers viennent remplacer les P.G. Pour obtenir ces ouvriers, les exploitants agricoles employant des allemands doivent dés maintenant en faire la demandes et remplir les contrats de travail qui sont à leur disposition au Bureau de main-d’œuvre agricole, à caen. (Source B.-L.)

 

Février 1947  -  Ah ! il a des bottes.     Robert Le Nouaille, 22 ans, ouvrier agricole à Friardel, exhibait une superbe paire de bottes. Les gendarmes, ayant de fortes raisons de douter qu’il en était le légitime propriétaire, interrogèrent le jeune homme, qui dut reconnaître qu’elles provenaient d’un cambriolage commis avec la complicité de deux domestiques de la localité, R…. T….., 18 ans, et A….. H….., 16 ans, au domicile de M. Barrat, actuellement à Nice. Le Nouaille s’est également emparé d’une couverture échangée avec M. Poussier, de Meulles, qui en ignorait l’origine. (Source B.-L.)

Manoir de Douville  -  FRIARDEL
FRIARDEL, par Orbec (Calvados)  -  Le Presbytère
Friardel, par Orbec (Calvados)  -  Vieux manoir de Douville
Orbec (Calvados)  -  Château de Friardel
FRIARDEL, par Orbec (Calvados)  -  Manoir de Beaupré
FRIARDEL, par Orbec (Calvados)  -  Vieux manoir de Douville

Commentaires et informations  :  Facebook @