GARNETOT

(Cne d'OUDON)

Canton de Saint-Pierre-sur-Dives

Les habitants de Garnot sont nommés les 


Janvier 1873   -   Échenillage.   -  M. le préfet rappelle aux intéressés que la loi prescrit l'échenillage des arbres, haies ou buissons, sous peine d'amende. La douceur exceptionnelle de la température depuis le commencement de l'hiver, qui aura pour effet de hâter réclusion, rend encore plus nécessaire cette année l'exacte application de la loi. 

 

Février 1873   -   Renards et voleurs.   -  Une guerre acharné est livrée à tous les poulaillers de la commune de Garnetot, près St-Pierre-sur-Dives. Il y a quinze jours, un renard s'introduisait dans l'étable du sieur Motte, et étranglait treize volailles et dix lapins. Peu de jours après, le carnassier abattait un coin de muraille chez le sieur Châtel s’introduisait, dans le poulailler et enlevait trois belles poulardes et un coq d'espèce. Deux jours plus tard le renard voulait s'assurer si madame Leroux était toujours aussi bonne éleveuse, va chercher chez elle huit poules grasses et trois dindons. Les cultivateurs, victimes de tant de ravages se sont armés de pelles, de pioches et ont tués, dans un terrier. de Garnetot, trois jeunes renards, mais le père et la mère n'ont pu être pris. Avis aux chasseurs. 

Dans une autre partie de le commune ce sont des renards à deux pattes, qui se chargent de faire concurrence aux renards en visitant les poulaillers, dimanche on a enlevé à la veuve Malfilatre, trois poules destinées sans doute à figurer dans quelques fêtes de famille pendant les gras jours. C’est à la gendarmerie que nous recommandons ce gibier d’un nouveau genre.  

 

Octobre 1876   -  Les élections.  -  V’la que ça commence les histoires d'élection….. J'en ai déjà haut comme cela.

Je pêche dans le tas :

A X……., canton de Dozulé, un prétendant municipal a tant fourré de galette et de goutte à ses partisans, que la plupart, pris d'une indigestion subite, n'ont pu aller voter.

Naturellement, c'est l'autre qui a été élu.

Dans une autre commune, à Y…….., canton de Vire, un citoyen a été éliminé parce qu'il est fabricant de tombeaux.

C'est l’adjoint qui a poussé à la roue$ en disant : « Si no l'nomme, cha portera malheu à la commeuns. » .

Dans l’arrondissement de Bayeux la commune de C……., a rappelé de l'exil un seigneur et maire dégommé.

Il a promis qu'à l'avènement du comte de Chambord il ferait ériger la commune en duché..., afin d'en prendre le titre.

En voilà une chique commune que celle de Garnetot.

Les membres du conseil municipal ne peuvent être jaloux les uns des autres. Sur ce qu'ils étaient dimanche à voter, pas un ne savait lire et écrire. On a été obligé de tiré au court fétu à qui serait maire et adjoint.

 

Avril 1885  -  Les jeteurs de sort.  -  Le sieur Année, demeurant à Garnetot, croit aux jeteurs de sort. Ne pouvant plus boire douze verres de gros cidre sans être dérangé et sa vache ne lui donnant pas autant de lait qu'il en désirait, il se dit : "  By sù, no m'a j'té un sort ... " sous l'emprise de cette idée, il va trouver la mère Mathieu, qui lui confirme, moyennant finance, qu'on lui avait jeté un sort et qu'il ne fallait pas chercher au loin celui qui avait fait le coup. Année avait supposé de suite que ce devait être son voisin Félix Motte, et il était allé le répétant partout. Irrité de cette stupide accusation, Félix Motte a eu le tort d'administrer a son accusateur un coup de poing qui lui a valu 25 francs d'amende et les dépens.

 

Février 1905  -  Domestique infidèle.  -  Depuis le 24 janvier, Mme Motte, cultivatrice à Garnetot, avait à son service la nommée Noémie Blanche Bonnet, âgé de 22 ans. Il y a quelques jours, ayant eu à s'absenter pour aller dans le voisinage, Mme Motte constata à son retour qu'on avait dérobé dans le tiroir de son armoire une somme de 30 francs. Elle soupçonne sa bonne, restée seule à la maison en son absence, d'avoir commis ce vol. Du reste, celle -ci prit aussitôt la fuite sans même réclamer le montant de ses gages et les recherches faites par la gendarmerie pour retrouver sa trace sont jusqu'ici restées sans résultat.  

 

Juin 1925  -  Vol.  -  Un litre d'eau-de-vie, du lard et des mouchoirs ont été volés au préjudice de Mme Julienne Denis, cultivatice à Garnetot, hameau de Marecourt.

Cette personne a porté plainte à la gendarmerie contre la femme Ernestine Lemonnier, 44 ans, gardienne d'herbages à Montpinçon, laquelle interrogée, a reconnu, en effet, être l'auteur du vol d'eau-de-vie et du lard, mais non des mouchoirs. L'affaire se poursuit.

 

Janvier 1973  -  La commune de L'Oudon a été créée  par la fusion-association, décrétée le 26 décembre 1972, des communes d'Ammeville (171 habitants en 1968), Berville (160 habitants), Écots (95 habitants), Notre-Dame-de-Fresnay (159 habitants), Garnetot (89 habitants), Grandmesnil (123 habitants), Lieury (242 habitants), Montpinçon (167 habitants), Saint-Martin-de-Fresnay (169 habitants) et Tôtes (125 habitants). Saint-Martin-de-Fresnay est alors désigné chef-lieu de l'association. 

 

Janvier 1990  -  Par arrêté le chef-lieu est transféré à la commune de Tôtes, dont l'ancien code INSEE (14697) devient le nouveau code de L'Oudon.

 

Janvier 1891  -  Vols importants.  -  Mme veuve Boutron, propriétaire à Garnetot, a été, cette semaine, victime d'un vol de 800 fr. Auteurs inconnus.

En l'absence du sieur Albert Dalé, cultivateur à Grandmesnil, des malfaiteurs lui ont enlevé avec effraction une somme de 1 000 fr.

Pendant la messe, des voleurs se sont introduits chez le sieur Vieil cultivateur à Basly, et ont enlevé une somme de 5 000 fr.

CHÂTEAU DE GARNETOT (Calvados)  -  Chevaux à l'Abreuvoir.

CHÂTEAU DE GARNETOT (Calvados)  -  L'Étang

CHÂTEAU DE GARNETOT.  Coté Ouest

CHÂTEAU DE GARNETOT (Calvados)  -  La Fenaison

CHÂTEAU DE GARNETOT (Calvados)  -  La Maison de la Ferme

Château de GARNETOT (Calvados)  

CHÂTEAU DE GARNETOT, par MONTPINCON (Calvados)  -  La Petite Ferme

Commentaires et informations  -  Facebook @