Édition du Calvados                                                                                                                                                                                                                                                             Édition du 19 Novembre 2022

UN SIÈCLE D'HISTOIRE du CALVADOS 

 

Eun syielle d'histouère d'Calvados

 

JOURNAL DES ÈVÉNEMENTS, BRUITS ET NOUVELLES DU CALVADOS

 

Abonnements du Calvados


 Un année, 5 fr. - Six mois, 3 fr. - Trois mois, 2 fr. 

les abonnements se paient d'avance et partent du 

1er et du 16 de chaque mois. 

 

 Prix du numéro : 10 Centimes

 

ANNONCES ET RÈCLAMES

 

ANNONCES : la ligne, 25 et 35 cent.- RÉCLAMES : la ligne, 50 et 75 cent.- NOUVELLES LOCALES : la ligne, 1 et 1,50 

Il ne sera publié aucune annonce au-dessous de 2 fr. - Les insertions se paient d'avance


Siége Central du site à Bernières-sur-Mer  -  Les lettres non affranchies sont rigoureusement refusées 

CONTACT :         F

 

Abonnements hors du Calvados


 Un année, 6 fr. - Six mois, 3,50 fr. - Trois mois, 2,50 fr. 

les abonnements se paient d'avance et partent du 

1er et du 16 de chaque mois. 

 

 Prix du numéro : 10 Centimes

 

Assassinat de Saint-Désir

 

Novembre 1848   -     Nouvelles locales.   -   Le nommé Louis-Victor Quesnel, âgé de 41 ans, journalier, né et demeurant à Monceaux, arrondissement de Lisieux, se rendit coupable, le mardi 8 février dernier, de deux assassinats commis l'un sur la personne d'une dame Lefévre, cabaretière à St-Désir de Lisieux, l'autre sur une jeune fille de douze à treize ans, qui demeurait avec cette dernière. Après avoir fouillé l'armoire de la dame Lefévre et s'être emparé de l'argent que renfermait ce meuble, Quesnel, pour faire disparaître les traces de son crime, mit le feu aux deux lits sur lesquels il avait déposé les cadavres mutilés de ses victimes.

La justice ne tarda pas à s'emparer du coupable et le 10 août dernier, Quesnel, jugé par la cour d'assises du Calvados, fut condamné à la peine de mort.

Le pourvoi en cassation et le pourvoi en grâce formés par le condamné furent successivement rejetés, mais l'exécution de l'arrêt avait été différée, parce que Quesnel avait, disait-il, des révélations importantes à faire à la justice, touchant les véritables assassins. Après une information minutieuse, qui a prouvé clairement que les renseignements fournis par Quesnel étaient tout à fait mensongers, Quesnel a du recevoir le châtiment de ses forfaits. La suite....

LES VILLES  DU CALVADOS

 

Pêche du hareng à Port-en-Bessin. 

 

Novembre 1848   -   Une quarantaine de canots de Port-en-Bessin, montés chacun par deux hommes et ayant à bord les filets nécessaires, ont commencé, la semaine dernière, la pêche du hareng, qui se fait de nuit à moins d'un kilomètre de la côte, depuis la pointe de Vierville dite la Percée, jusqu'à la hauteur de Port-en-Bessin, à l'endroit nommé le Minet.

Cette pêche, qui a été, ces jours-ci, peu productive, pourra se continuer jusque vers le 25 du mois de novembre prochain, sa durée étant ordinairement d'environ un mois. (source : L’Indicateur de Bayeux)

 


 

Tempête à Port-en-Bessin. 

Novembre 1848   -    La grande mer, poussée par une violente tempête de vent nord-nord-est, a fait des ravages ces jours derniers à Port-en-Bessin ; elle a détérioré les chemins de fer des travaux, a cavé le quai de la maison occupée par le sieur Vimont, cafetier, et a détruit, en grande partie, les cales servant à monter quatre navires pécheurs, ceci a suscité du mouvement pour les marins qui ont été obligés de déplacer trois navires de mer basse, et de les conduire sur des poutrelles, et les haler vers le quai de l'est, près des halages des autres navires.

Jusqu'à ce que les deux jetées se concentrent davantage l'une vers l'autre, pour former l'entrée du port, les cales, les quais et les maisons qui bordent le port, seront exposés aux dégâts de la mer, qui y est furieuse des grands vents de nord, et les navires n'y seront pas en sûreté. Il est donc nécessaire que les travaux du port s'accélèrent le plus promptement possible. (source : L’Indicateur de Bayeux)   Voir plus .....

 


 

Accident de voiture

 

Février 1848   -  Jeudi soir, la voiture du sieur Mabire, revenant de Caen, se trouvait sur la commune de Potigny, lorsque, les chevaux refusant d'avancer, le conducteur aperçut un homme gisant dans la neige. Ce malheureux avait la cuisse rompue, accident qui, dit-on, lui serait arrivé en tombant de sa hauteur. De prompts secours lui ont été portés. (source : L’Indicateur de Bayeux)

 


 

Une terrible chute

 

Avril 1922  -      -   En fermant des panneaux à bord du vapeur « Péronne », amarré dans le nouveau bassin, à Caen, un matelot, Louis Hellio, est tombé accidentellement d'une hauteur de six mètres dans la cale et s'est fracturé le crâne. (Source  : Le Bonhomme Normand)

Septembre 1848   -   Le temps qu’il fait.    -   Le mois de septembre semble décidément devoir nous dédommager amplement du mauvais temps que nous avons subi pendant le mois d'août.   Voir plus .....

 


Avril 1922  -   Le temps qu’il fait.   -   C'est un drôle de printemps que celui qui commence, ou plutôt qui est censé commencer.   Voir plus .....

 


Petites nouvelles locales

 

Février 1848   -    Il y a quelques jours, un habitant de Cahagnolles, fort enclin à la bouteille, était dans un état désespéré. Deux femmes

veillaient près de lui, tout à coup il soulève la tète, la laisse retomber sur son traversin, et les deux femmes jugent qu'il est mort. Au bout d'une demi-heure, elles s'empressent autour de lui pour lui passer la chemise avec laquelle on doit l'inhumer : les membres du défunt, quoique froids, n'étaient pas encore raides.

Les deux femmes remplissaient donc leur tâche avec assez de facilité. Cependant un des bras fut plus rebelle que l'autre, et il fallut le tirailler un peu. Tout coup le mort se lève sur son séant, et dit à ses ensevelisseuses :  « Qu'est-ce que vous faites donc là ? vous feriez mieux de me bailler à bère ».

Ce qu'entendant, les femmes sortirent à toutes jambes et en se signant. Hélas ! le malheureux léthargique mourut le lendemain pour tout de bon. (source : L’Indicateur de Bayeux)

 


 

Extermination de la race mulâtre à Haïti.

 

Septembre 1848   -    Les nègres, à Haïti, continuent leur guerre d'extermination contre les mulâtres.

Une goélette arrivée de Port-au-Prince à la Jamaïque, y annonce des massacres. Le président Soulouque n'avait pas fini sa tournée ; on était dans la terreur, en attendant son retour au chef-lieu, parce que l'on savait que ce serait le signal de nouvelles tueries. Davie Troie, ex-ministre de l'intérieur, et le citoyen Elisée, chef du département civil, ont été mis à mort. (source : L’Indicateur de Bayeux)

 


 

La foire Toussaint

 

Novembre 1847   -  Un temps magnifique et une douce température semblent devoir favoriser notre foire Toussaint. Aussi dès aujourd'hui, jour la montre, une grande activité se fait remarquer dans la ville. La place Saint-Patrice est encombrée de boutiques et de spectacles forains : nos magasins se sont revêtus de leurs plus beaux étalages et les étrangers garnissent déjà les hôtels et les restaurants.

Il faut espérer que les habitants auront à s'applaudir cette année des résultats de ces circonstances favorables. (source : L’Indicateur de Bayeux)

Nouvelles locales

 

Février 1848   -  Un événement aussi malheureux qu'extraordinaire a eu lieu à Equeurdreville ces jours derniers. Une jeune fille de cette commune est tombée morte d'une apoplexie foudroyante, au moment où elle se disposait à sortir de son domicile, avec son futur époux et les personnes de la noce, pour aller célébrer son mariage. (source : L’Indicateur de Bayeux)

 


 

Nouvelles Maritimes

 

Mars 1848   -   Douze barques de pêche de Port-en-Bessin étaient rentrées samedi matin 26 février 1848, par suite d'un ouragan qui avait régné pendant la nuit, il manquait à l'appel la barque de pêche la « Jeune-Julie », ce qui donnait de fortes inquiétudes sur son sort, on la croyait perdue à Grandcamp, on est allé samedi à Grandcamp et cette barque ne s'y trouvait point, nouvelles alarmes, il n'y avait plus qu'a aller à la Pointe du Siège, pour en avoir des nouvelles, deux hommes y ont été dimanche, mais avant leur retour, lundi dans l'après-midi, il est arrivé par la poste une lettre d'un des marins de l'équipage, qui a fait connaître que la « Jeune-Julie » était à l'abri à la Pointe du Siège, n'ayant aucun mal. (source : L’Indicateur de Bayeux)

 


 

Berniéres-sur-Mer

 

Avril 1929  -  Élection municipale.  -  L'autre dimanche, ont eu lieu à Bernières-sur-Mer des élections municipales partielles. Il s'agissait de remplacer M. Tesnière, maire, décédé, et un conseiller dans l'impossibilité de siéger.

Par 175 voix sur 196 votants, M. Louis Tesnière, a été élu. Ballottage pour le second siège.  

 

Juillet 1930   -   Police des débits.   -   Joseph Edmond, 53 ans, boulanger, à Bernières-sur-Mer. 50 francs d'amende pour avoir vendu des liqueurs alcoolisées titrant plus de 23° dans le courant de 1930, alors qu'il ne possédait pas de licence, a été gratifié d'un procès-verbal.  

 

Novembre 1930   -   Les méfaits de la tempête.  -   Au cours de la nuit de jeudi un vendredi, un violent coup de mer à entre Bernières et Courseulles, endommagé la ligne de Caen à cette dernière localité. Par mesure de prudence, le trafic a été interrompu sur la section de la loi que détériora le flot.

Entre Bernières et Courseulles le service des voyageurs a été assuré par autobus.    Voir plus


 

                                                                                                    compteur site web html